Le Café Rosa : inclusion et militantisme

Couleur Café Citoyen

présente

Le Café Rosa : le lieu de vie inclusif lyonnais

 

Lieu de vie ouvert à tous·tes, le Café Rosa propose toute l’année une programmation culturelle très variée autour du féminisme. Nous avons rencontré Mélodie la co-gérante, qui nous explique la naissance de ce café convivial, inclusif et militant.

 

 

Un projet né d’une ambition commune

Dans le 7ème arrondissement lyonnais, à 200 mètres de la Bibliothèque Universitaire Chevreul, le Café Rosa est un lieu de vie unique. Militant pour les droits des femmes et des minorités, il accueille une programmation éclectique toute l’année.

« On essaye de parler à un maximum de monde en variant les formats, les thématiques. »

Mélodie, 28 ans, est co-fondatrice de ce lieu ouvert et chaleureux. Doctorante en sciences politiques, elle donne des cours à la fac en même temps qu’elle travaille sur sa thèse jusqu’au premier confinement où elle décide de tout arrêter. C’est dans la même période que son amie Justine, qui a aussi mis sa carrière universitaire de sociologie en stand-by, lui propose un projet ambitieux…

« Ju m’a écrit un matin en me disant « J’ai eu une idée folle, j’aimerais monter un café librairie féministe à Lyon et j’ai pensé à toi pour co-monter ce projet. »» Ce à quoi Mélo répond : « Me chauffe pas trop ! Moi, je viens d’arrêter ma thèse… J’ai besoin d’avoir de nouveaux projets ! »

Les deux amies se laissent un temps de réflexion pour poser, chacune de leur côté, ce qu’elles attendent de ce projet. Au bout d’une semaine, elles se rendent compte qu’elles ont les mêmes visions, les mêmes envies. Ensemble, elles se lancent et montent le café de A à Z.

De juin à juillet 2020, le projet est mûri et planifié. Mélo et Justine trouvent le local parfait dès septembre et en octobre elles obtiennent l’accord des banques et du bailleur. Le chantier commence en novembre pour des travaux de rénovation, d’aménagement et de décoration. Quatre mois plus tard, malgré la pandémie qui impose des jauges limitées, le Café Rosa ouvre ses portes à la date symbolique du 8 mars, Journée internationale des droits des femmes et des minorités de genre.

 

crédits photo : CCC Média

 

Bien plus qu’un café

Certes on peut y prendre un expresso en terrasse mais, derrière son nom presque réducteur, le café Rosa est loin d’être un café classique. Dans un objectif d’ouverture et de partage de connaissances, Mélo et Ju ont choisi de donner de la visibilité aux créateur·ices et artistes lyonnais.es et engagé·es. Bibliothèque consultable sur place, fanzines, vente de revues et de posters féministes, exposition photo, espace friperie, le lieu est un véritable couteau suisse.

Loin de se cantonner à ces activités, les deux gérantes organisent des évènements culturels à travers une programmation culturelle riche privilégiant l’échange pour se déconstruire collectivement. Chaque semaine, le café accueille des conférences, performances, débats, ateliers, groupes de paroles sur des thèmes autour des droits des femmes et des minorités.

« On a la chance que ce soient les personnes qui nous contactent ou qui viennent nous voir au café en nous disant « J’ai un projet et j’aimerais bien le monter chez vous. »

Conçue généralement d’un mois sur l’autre, cette programmation se fait de manière assez spontanée. Les gens passent, iels discutent du projet et tout se met en place plus ou moins rapidement. Ensuite, Mélodie et Justine s’emploient à la gestion du calendrier de façon cohérente et dynamique.

« Nous, ça nous rassure beaucoup de se dire que les personnes se sentent assez à l’aise avec nous et dans le lieu pour proposer leurs projets (…) pour y concevoir et mettre en place le fruit de leurs énergies et de leurs envies. »

 

crédits photo : CCC Média

 

L’inclusivité sous toutes ses coutures

En plus d’être un lieu militant aux multiples activités, le Café Rosa ajoute la corde de l’inclusivité à son arc déjà bien rempli. Mélo et Ju n’ont pas fait les choses à moitié et elles ont pensé « inclusif » dans les moindres détails.

« L’inclusivité, pour nous, c’était vraiment réfléchir à un lieu où les personnes qui d’habitude se sentent peu incluses ou peu acceptées dans certains lieux, qu’ici elles se sentent bien, à l’aise, entendues, respectées, considérées. »

Dès la construction, le café a été pensé pour être accessible aux personnes à mobilité réduite et aux personnes neuroatypiques ou sensibles à la lumière/musique trop forte. Pour cela, les co-gérantes ont posé des rampes d’accès et des blocs de lumière jaune moins agressive, elles font aussi attention aux bruits pouvant être intrusifs pour certain·es. Même la salle est spécialement disposée pour convenir à tous·tes avec différentes tailles de table et des espaces plus ou moins isolés.

D’autre part, l’accent est mis sur une inclusivité en termes de moyens financiers avec des prix libres sur les évènements ou encore des protections hygiéniques à la disposition de tout le monde. La partie restauration est, elle aussi, tournée vers l’inclusion avec une carte adaptée au maximum à des petits budgets tout en étant respectueuse des valeurs écologiques, et la permission de venir manger son propre repas sur place.

« On a la chance qu’il n’y ait que des personnes chouettes qui fréquentent ce café. »

La salle colorée, les mezzanines calmes, l’ambiance conviviale, les gérantes aux petits soins, tout est mis en œuvre pour que chacun·e se sente le·a bienvenu·e et la différence se joue bel et bien là : il n’y a que du love et de l’adelphité au Café Rosa.

 

crédits photo : CCC Média

 

« On peut difficilement être militant·e sans travailler collectivement. »

Le Café Rosa est une association qui fonctionne sur adhésion à prix libre et conscient à partir de 2 euros. Valable un an, elle permet d’assister ou de participer aux différents événements qui sont ensuite gratuits ou à prix libre. Les ateliers, eux, sont en général payants pour permettre aux intervenant·es d’être rémunéré.es pour leur travail.

« Le collectif, c’est chevillé au militantisme pour nous et on peut difficilement être militant militante sans travailler collectivement. En tout cas, dans ma vision des choses. »

Prochainement, le fonctionnement de l’association va évoluer puisque Justine se relance dans sa carrière universitaire. mais le militantisme qu’elle défend va de pair avec une gestion collective du café. Elle travaillera avec les 8 membres du conseil d’administration de l’asso pour continuer de réfléchir aux orientations du café.

En termes de gestion pratique, Mélo ne souhaite pas remplacer Justine et reprendra les rênes pour l’instant seule. Pour la suite, elle envisage certainement de se tourner vers un fonctionnement différent avec du bénévolat pour continuer de faire vivre ce lieu exceptionnel.

 

crédits photo : CCC Média

 

Situé au 78 bis rue Béchevelin, Le Café Rosa vous accueille dès 9H30 du mardi au samedi et les horaires de fermeture varient en fonction de la programmation du soir. N’hésitez pas à passer le seuil pour boire un verre, lire un livre, jeter un œil aux artistes exposé·es ou papoter avec Mélo et ses client·es !

Pour retrouver toute les actualités et la programmation culturelle du café :

> Rendez-vous sur leur page Facebook ou Instagram <

 

Solène, rédactrice chez CCC Média

 

Partagez l'article
Facebooktwitterlinkedinrssyoutube