La Marche colorée : Une journée sous le signe de la culture !

Couleur Café Citoyen 

Présente

La Marche colorée : Une journée sous le signe de la culture !

 

Samedi 20 mars, CCC Média s’est rendu à « la Marche colorée » de Clermont-Ferrand organisée par le collectif Culture en danger 63. Cette manifestation se fait en lien avec l’occupation active de la Comédie depuis le 15 mars. Nombreux.ses artistes et spectateur.trice.s se sont réuni.e.s afin d’alerter le gouvernement sur la situation des métiers de la culture durant la crise sanitaire. Une marche qui s’est déroulée sans encombre, dans la joie et la convivialité. 

 

 

Une marche lumineuse

À Clermont-Ferrand, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées pour manifester à partir de 10h au départ de la Maison de la culture en direction de la préfecture. La marche commence dans une atmosphère chaleureuse emplie de joie, accompagnée d’une mélodie venant de l’orchestre présent à la manifestation.  Parmi les personnes présentes, on distingue une foule très éclectique: étudiant.e.s, artistes, intermittent.e.s, salarié.e.s… Tou.te.s vêtu.e.s de couleurs et de paillettes. Ils sont réuni.e.s pour un seul combat : la réouverture des lieux culturels.

Solal : “Je pense qu’en tant que jeune et artiste, on à la nécessité de s’engager dans une lutte qui nous touche directement.”

 

Crédit photos : CCC Média

La marche se poursuit dans le calme

Entre musicien.ne.s, échasseur.euse.s et clowns qui vérifient les distanciations sociales, nous avançons dans la rue montant à Ballainvilliers. Les murs noirs de la ville révèlent encore plus la couleur de cette marche. De la musique. Partout. Des personnes qui se battent pacifiquement, tou.te.s dans la bonne humeur. Nous avançons et nous rencontrons des gens passionné.e.s, qui ne manquent pas de revendications.

Aaricia : “Arrêtez de nous donner trop de règles, arrêtez de nous donner pas assez de règles, arrêtez de nous perdre, parce qu’on ne peut plus réfléchir comme ça. Parce qu’on ne peut rien construire comme ça et on aimerait bien avoir confiance en quelqu’un. (…) Tout le monde a déjà rêvé après un spectacle, et rêve de changer le monde après un spectacle (…) J’aimerais croire en demain.”

Cette manifestation amène plus qu’un mouvement social, elle réveille un moment de rencontre et de joie. Nous arrivons au dernier arrêt de cette marche : la préfecture. Des partitions de chansons sont distribuées aux manifestant.e.s. Les chants des revendications retentissent dans le centre ville. Se poursuit alors plusieurs prises de parole. Aux environs de 12H30, la Marche colorée se clôt. Place au Festival Liberté et Contestations. 

 Madeline : “Il est évident qu’il faut qu’on soit tous solidaires et qu’on montre notre attachement à cette culture française qui est si précieuse.”

Un retour sur scène

On redescend sur la Place de Jaude, les technicien.ne.s s’activent et créent une scène. À 13h30 le Festival prend place. Jusqu’à 17h on voit des comédien.ne.s, des danseur.se.s, des chanteur.se.s se relayer pour nous faire revivre ces moments de culture oubliés. Le festival est entrecoupé de prises de parole, c’est toujours dans cette idée de revendication qu’on laisse place aux artistes. Plusieurs points sont évoqués, comme la prolongation de l’année blanche, le retrait de la réforme assurance chômage, le RSA à partir de 18 ans, la non dématérialisation de la culture, l’aide psychologique aux mineur.e.s et étudiant.e.s isolé.e.s ou encore le dispositif d’aide à la culture…

Les revendications énoncées n’ont pas pour seul but de soutenir les métiers de la culture, mais aussi les étudiant.e.s, les métiers du tourisme, hospitaliers…

Madeline : “Un énorme soutien au monde du spectacle et à l’intermittence, pour que l’année blanche soit au moins double, pour que les théâtres rouvrent. Le monde du spectacle vivant peut accueillir dans des conditions sanitaires sécurisées qui sont vraiment possibles. »

La Marche colorée de ce samedi 20 mars a refait vivre Clermont-Ferrand, et peut se féliciter de l’engouement de toutes les personnes présentes. Vous pouvez suivre l’actualité du combat pour la culture à Clermont-Ferrand sur le Facebook et l’Instagram de Culture en danger 63.

Clémentine, rédactrice chez CCC Media

Partagez l'article