« Le Clos Jouve » – Avis de naissance attendue !

Couleur Café Citoyen

présente

« Le Clos Jouve – Avis de naissance attendue ! »

 

Dans une période éditoriale où seul le roman semble privilégié, les Editions Le Clos Jouve viennent de naître à Lyon, avec la ferme intention de publier tout texte à leurs yeux essentiel (inédit ou épuisé), sans rien s’interdire : ni le champ littéraire, ni le champ politique, ni le champ historique.

À la manœuvre, Philippe Bouvier & Frédérick Houdaer. L’un est « militant depuis 35 ans, agitateur culturel depuis 25 ans, syndicaliste principalement autour des questions de la santé au travail et de l’éducation populaire depuis 20 ans, cinéphile depuis toujours » ; l’autre, écrivain, éditeur, a dirigé deux collections déjà, donnant naissance à une trentaine de titres.

Déjà, trois collections :

La collection Bistra (en russe : « vite »), qui privilégie les textes courts et s’ouvre avec un recueil de micro-nouvelles absurdes signé Jindra Kratochvil (auteur tchèque, francophone, vivant à la Croix-Rousse).

La collection Sprezzatura qui accueille des textes frappés du sceau de l’élégance, de l’érudition et de la nonchalance. Première publication : Michel Sportisse pour un essai inédit « La Rome d’Ettore Scola ». Des ouvrages sur d’autres metteurs en scène italiens sont annoncés…

La collection Champ Libre qui propose la réédition de « Profils perdus d’Antoine Vitez » de Jean-Pierre Léonardini.

Les livres sont beaux (papier de qualité, rabats, charte graphique signée Malte Martin et son atelier « Ecouter pour voir »). On peut les commander sur le site de la maison d’éditions (www.editions-leclosjouve.org/) ou les trouver chez certains libraires (à Lyon Librairie Passages, à Paris Librairie Le Dilettante…).

Philippe Bouvier et Frédérick Houdaer comptent sortir quatre titres par an. On suivra cette toute nouvelle aventure éditoriale avec plaisir.

Leur devise ? Elle est empruntée à l’auteur lyonnais Pierre Autin-Grenier : « Ayant échappé aux turpitudes de l’enfance, m’étant affranchi de la tyrannie des chefs, je rattrapais la vie que l’on m’avait volée. »

Bientôt l’interview en vidéo !

CCC Média

Partagez l'article
error0