🍀 ARTI’STORY # 10 : Les Kings Sauvages !

Couleur Café Citoyen

présente

🍀 ARTI’STORY # 10 : Les Kings Sauvages ! 🍀

 

Nous avons rencontrĂ© quatre « Drag Kings » Lyonnais, Basile de GenderFreak, Max Miller, Yax Ferri et NoĂ© the kid, qui se sont prĂŞtĂ©s au jeu de l’interview pour nous prĂ©senter leur art…

Qu’est ce que « les Kings Sauvages » ?

« Les Kings Sauvages » sont un collectif artistique et militant de « Drag Kings » Lyonnais. Ce collectif propose des soirées, des ateliers, en rapport avec le milieu « Drag King ». Ouvert à tous ceux qui souhaitent se lancer, ou simplement venir découvrir et en apprendre un peu plus sur les participants et leur monde.

Mais qu’est ce que le Drag King ?

Il faut noter que les « Drag Kings » sont diffĂ©rents des « Drag Queens ». Ils sont peut-ĂŞtre plus militants, plus politiques… Au travers du Drag King, chaque personnage peut exacerber certains traits, en expĂ©rimenter d’autres, se jouant des clichĂ©s et des convenances.

Comment entrer dans le milieu ?

Pour nos 4 artistes, il y a une histoire différente.

NoĂ© a voulu intĂ©grer le « Drag King » après avoir vu le documentaire de Chriss Lag, « Parole de King ». A ce moment lĂ , il n’existait aucun collectif sur Lyon, il a donc attendu un an pour commencer Ă  se produire seul, puis il crĂ©Ă© un groupe.

Pour Yax, nous retrouvons un peu la mĂŞme histoire, il a toujours Ă©tĂ© dans le milieu de la scène, de la musique, du théâtre. Suite au visionnage du mĂŞme documentaire, et d’un spectacle du « Drag King » « Robin des Doigts », Yax dĂ©cide de se lancer.

Max fait aussi partie du monde de la scène, il est comĂ©dien, il a Ă©tĂ© l’un des premiers avec NoĂ© Ă  vouloir faire du « Drag King » son centre d’intĂ©rĂŞt.

Enfin, Basile travaillait dans une association fĂ©ministe, et a rencontrĂ© le « Drag King » par le biais d’ateliers, puis de scène ouverte.

Crédit photos : Les Kings Sauvages

Votre conseil pour toutes les personnes souhaitant se lancer

La première chose à faire est de  créer un personnage, avec un nom, un caractère. Ensuite il est important de tisser des liens avec le réseau, et de se rendre dans les soirées « Queers ».

Pourquoi avoir choisi de se développer sur Lyon ?

Le choix de Lyon s’est fait tout simplement car tous les Drag Kings du groupe vivent Ă  Lyon.

On peut les retrouver dans de nombreuses salles comme Le Sonic, le Rita Plage, la Baston, L’Atelier des Canulars, certains théâtres des pentes de la Croix Rousse ou encore le Lavoir Public.

Comment se déroule une représentation ?

Lors d’un spectacle de Drag King, les sujets abordĂ©s questionnent l’identitĂ©, le genre… Ils jouent avec les codes, et amènent le spectateur Ă  se questionner Ă  son tour, avec toujours un cĂ´tĂ© « hyper militant », tout en utilisant l’humour, et le rire.

Les spectacles s’adaptent aux diffĂ©rents publics. On peut trouver des reprĂ©sentations de Drag Kings pour des publics familiaux, ou d’autres qui sont moins adaptĂ©s Ă  un jeune public.

Pendant la reprĂ©sentation, la plupart du temps chacun produit un numĂ©ro en solo, ou en duo ou trio. Ce n’est que rarement que l’ensemble des « Kings Sauvages » montent sur scène tous en mĂŞme temps. De plus, il arrive rĂ©gulièrement que plusieurs membres du groupe jouent le mĂŞme soir dans des salles diffĂ©rentes. 

Quels sont vos projets ?

Tout d’abord, les Kings Sauvages ont eu l’idĂ©e de crĂ©er des vidĂ©os sur des thèmes diffĂ©rents. Ainsi, tous les dimanches Ă  14h, une vidĂ©o est mise en ligne sur l’instagram et le facebook des Kings Sauvages. Les sujets abordĂ©s sont variĂ©s, dernièrement il y a eu le thème de Pâques, ou celui du sexe.

Le collectif, continu aussi à vivre, en essayant de se produire avec des spectacles virtuels, ou en prévoyant les projets d’après confinement. Les Kings Sauvages, prévoient de mettre en place des workshops, mais aussi des descentes avec de nombreux Drag Kings. Et bien sur reprendre les soirées, et les ateliers.

Louise Oremus pour CCC MĂ©dia

Partagez l'article