Reg’Art # 2 : Polka, artiste délicate et décalée !

 

Couleur Café Citoyen 

Présente : 

Reg’Art #2 : Polka, artiste délicate et décalée

 

CCC Média est allé à la rencontre de l’artiste indépendante Polka. Nous avions vu son travail lors de la seconde édition du festival Peinture Fraîche (l’article et le reportage sont par ici !). Curieuses d’en découvrir plus sur elle et ses créations, nous l’avons retrouvée chez elle pour parler, autour d’un café, de son parcours, sa carrière, ses inspirations et ambitions. Ecoutez sa douce voix répondre à nos questions dans ce second épisode de notre nouveau module “Reg’Art” ci-dessous !

 

 

Une carrière inattendue 

De son propre aveu, Polka n’était pas du tout prédestinée à avoir une carrière dans le monde de l’art. Elle connaissait sa passion pour le dessin, mais ne pensait pas pouvoir en faire sa carrière. Ses études l’ont fait voyager d’une ville à une autre en France, et lui ont fait découvrir les univers de la psychologie et du design d’espace – univers qui ne l’ont jamais épanouis. 

C’est lors de cette dernière formation, effectuée à Paris, que Polka s’est rendue compte de sa véritable vocation. La capitale lui ayant fait découvrir le milieu artistique, elle s’est confortée dans l’idée de faire de l’art sa carrière. 

Son diplôme en poche, elle est revenue à Lyon (où elle avait fait une partie de ses études), ville qui l’a séduite, et a choisi de s’y installer pour commencer sa carrière d’artiste. Une carrière qui ne fait encore que commencer, mais qui démarre sur les chapeaux de roue et promet un bel avenir ! 

Crédit photo : Lucie Cottin

Un univers merveilleux 

Polka a beau être une artiste encore jeune, elle a un univers déjà bien trempé ! Si vous regardez ses œuvres, vous vous rendrez vite compte de ce qui le rend si particulier. Les personnages, apparentés à de gentils monstres humanoïdes, sont dessinés d’une manière très graphique et simplifiée. Selon les supports, soit la ligne, soit l’ombrage prévaut, mais la forme reste la même, gardant l’univers de Polka toujours identifiable. 

Crédit photo : Polka

Les personnages sont souvent peu colorés, gardant le plus souvent la couleur du graphite, tels des gribouillages d’étudiants effectués par ennui en classe. Les quelques couleurs qui apparaissent, la plupart du temps dans le fond, complètent les œuvres de touches de bleu, vert, et violet.  

Cette impression de “gribouillis” qui ressort de beaucoup des œuvres participe à créer l’univers si distinct de l’artiste, réminiscent de l’enfance, teinté de naïveté, d’innocence, de mélancolie, d’humour. Les personnages, comme décrits plus haut, ressemblent à des monstres gentils, comme ceux que les enfants peuvent s’inventer pour se rassurer. 

Crédit photo : Polka

Cet univers enchanteur est parfois assombri de thèmes plus profonds qui contrastent avec l’aspect naïf des créations, mais qui les rendent d’autant plus fascinantes. Le mieux étant peut-être de laisser l’artiste se décrire elle-même, de la plus charmante des manières : 

“Polka, c’est un ensemble de petits monstres avec leurs propres codes, leur langage. Des mondes et des histoires dans lesquelles ces personnages vivent et interagissent. 

Un peu de naïveté, de poésie et d’humour dans un univers parfois sombre, intrigant ou provoquant. 

Je travaille autour de certains thèmes récurrents comme le jeu, l’enfance, le rêve, la ville… dans des graphismes un fêlés, hors réalité.” 

Loin de se cantonner à un seul support, Polka multiplie les manières de travailler : dessin, peinture (sur papier, toile, bois), street art et peinture murale, etc… Son merch s’est même étendu à des vêtements et des chaussettes, autant dire que Polka touche à tout, et pour notre bon plaisir ! 

Crédit photo : Polka

Un avenir radieux 

L’univers si particulier de Polka a su séduire de nombreuses personnes dans le milieu artistique. Car si l’artiste est encore très indépendante, elle est soutenue par le collectif OMART Lyon, un collectif d’artistes qui organise des vernissages tous les mois, à l’Omarterie (10 quai des Célestins), pour mieux faire découvrir la création locale. Un réel coup de pouce pour les artistes, et une preuve que le travail de notre interviewée a encore de beaux jours devant lui. 

Son talent n’a pas été que reconnu par les membres d’OMART, car elle a également été invitée à exposer pour le festival Peinture Fraîche, événement emblématique et renommé dans le milieu artistique lyonnais, qui invite des artistes, non seulement de la région, mais aussi internationaux ! 

Crédit photo : Polka

La carrière de Polka ne s’arrête pas aux frontières du Rhône, car elle a été invitée pour une résidence au Jardin Orange de Shenzhen, en Chine, il y a de ça un an. Cette résidence d’artiste, fondée en 2016, est en effet la première historique de Chine. Elle accueille plus de 100 artistes du monde entier, leur laisse carte blanche pour le choix des supports, tant qu’ils arrivent à expérimenter et développer leur talent personnel. Le but de la résidence étant de montrer que le langage de l’art est un langage universel, et que l’Est et l’Ouest peuvent se fondre ensemble. Dans leur propres termes, la mission de Jardin Orange est de “permettre aux créations originales d’embellir la vie [It is Jardin Orange’s mission to make original art beautify life]”

Nous venons de vous présenter l’univers merveilleux de Polka. Sa carrière ne fait que commencer mais ne va pas manquer de continuer de nous surprendre dans le futur ! Nous avons hâte de voir tout ce qu’elle a de plus à nous proposer ! 

Noémie Keller, rédactrice pour CCC Média