Anciela et les Médias en transition écologique !

Couleur Café Citoyen

présente

« Anciela : le rôle des médias dans la transition écologique »

 

Depuis quelques décennies, les scientifiques alarment sur le réchauffement climatique et des dangers qui pèsent sur la planète, car la température augmente trop. Anciela milite pour une société écologique et solidaire ; ce mardi 25 février, toute l’équipe de CCC Média a assisté à la conférence 

« Médias en transition – Penser des médias face à l’urgence écologique ».

Crédit photos Louise Oremus pour CCC média

A l’occasion des deux ans du magazine « Agir à Lyon », créé par Anciela, l’association a réuni quatre intervenants : Anne-Cécile Bras,  journaliste à RFI (Radio France Internationale), Sabah Rahmani, Rédactrice en chef adjointe du magazine Kaizen, Nicolas Barriquand, cofondateur et rédacteur en chef de Médiacités Lyon, et Martin Durigneux, Président d’Anciela.

La transition écologique

En démarrant par une table ronde, chacun des intervenants a pu exprimer son point de vue sur la transition écologique.

Anne-Cécile, fut la première à s’exprimer. Journaliste depuis 20 ans, à la tête de l’émission « C’est pas du vent » sur RFI, elle propose de nombreux reportages sur les défis et solutions écologiques à travers le monde. Elle présente des reportages de terrain, appuyés par des scientifiques/invités sur le plateau. Malgré tout, elle ne pense pas que la transition écologique soit en marche, aujourd’hui le monde connait une pollution extrême, les températures augmentent, « les médias de masse nous vendent l’idée que prendre une douche au lieu d’un bain changera les choses » mais cela ne suffira pas…

Une mobilisation citoyenne

Sabah, du magazine Kaizen a ensuite pris la parole. Elle travaille pour ce média depuis maintenant 3 ans, et pour elle, la transition n’est pas en route au niveau politique, mais en chemin au niveau citoyen. Aujourd’hui les consom’acteurs détiennent le pouvoir de « la carte bleue » ;  pouvoir qui permet de faire bouger les entreprises, en boycottant les produits non BIO ou cultivés de manière polluante. Cet argument n’est pas nouveau, en effet Naomi Klein avançait déjà la même chose il y a 10 ans. La pression augmente de la part des citoyens, les manifestations pour le climat se multiplient, les consommateurs sont de plus en plus exigeants sur les produits qu’ils consomment, et contraignent par conséquent les producteurs. Idéalement chacun devrait réduire sa consommation, en nourriture et autres, consommer moins, mais mieux…

 La fin d’une société

Martin, nous a ensuite exposé son point de vue. Engagé sur la Région Lyonnaise par l’intermédiaire de l’association Anciela, il pense que les effets du réchauffement climatique se font ressentir de plus en plus, depuis quelques années à Lyon. Le changement climatique est là depuis  longtemps, et selon Martin, une société est en train de s’éteindre et une autre est en train de naître, nous observons la fabrication d’une nouvelle société. « Il ne faut pas confondre le tragique et le désespoir », A.Camus. Selon Martin cette citation illustre parfaitement la situation actuelle, tragique certes, cependant de nombreuses personnes réagissent et tentent de faire bouger les choses. La situation n’est donc pas désespérante voir désespérée au point que chacun se laisse aller à son sort. Il conserve une vision optimiste et positive sur les possibilités d’aller vers une transition écologique,  il faut donc agir rapidement.

Nicolas a pris la parole en dernier, lui aussi est centré sur la Région Lyonnaise, il  note une prise de conscience citoyenne face à l’urgence climatique durant ces dernières années. De plus à l’approche des élections municipales, on observe que beaucoup passent « au vert », jusqu’à la couleur des flyers. Médiacités est un magazine d’investigation, de nombreuses enquêtes sur des sujets environnementaux y sont publiées, tout cela contribue à la prise de conscience collective observée à Lyon.

 Le rôle des médias dans l’avancée écologique

L’émission « C’est pas du vent », a été créé en janvier 2009, sur RFI, à l’occasion de la conférence de Copenhague sur le climat. Après la conférence, RFI a décidé de garder cette émission sur l’environnement à la différence de la plupart des médias. Ainsi, 6 ans plus tard, lors de la COP21 à Paris, tous les médias se sont mobilisés pour faire revenir l’environnement dans leurs émissions. L’événement ne pouvait pas être ignoré, jamais autant de chefs d’état n’avaient été regroupés au même endroit autour d’un même sujet, l’exploit n’a jamais été renouvelé. A partir de 2015, une prise de conscience générale a été observée, avec l’augmentation du ressenti du dérèglement climatique…

Aujourd’hui les médias, notamment  la télévision, visent à présenter des documentaires « qui font rêver », plutôt que des documentaires réalistes, la réalité des territoires, les problèmes rencontrés… Le magazine Kaizen propose un journalisme d’impact, un journalisme de solutions. Suite aux remarques des lecteurs, le magazine a décidé de changer son angle d’attaque, ne plus présenter que les solutions. Suite à cela, le journal a adopté un fonctionnement en trois phases. Le décryptage, avec l’intervention de scientifiques, spécialistes de l’écologie, l’analyse des problèmes, la réalisation d’enquêtes, les solutions pour répondre aux problèmes exposés et enfin l’autonomie.

Des médias locaux

Agir à Lyon, le magazine d’Anciela, a pour but de rendre appropriable une réalité, celle du réchauffement climatique et de l’écologie à l’échelle lyonnaise. Le journal permet  aussi de mettre en contact des personnes victimes du réchauffement climatique, et celles qui luttent pour protéger l’environnement. Certains événements contribuent également à provoquer un déclic chez les citoyens, comme la démission de Nicolas Hulot, en 2018. Pour encourager, et promouvoir l’écologie et la solidarité, Anciela a créé une pépinière d’initiatives citoyennes, qui propose des rencontres avec des accompagnateurs, ou encore des apéros pépinières et des soirées défis.

Enfin, Médiacités, met en lumière les faiblesses de l’état face aux problèmes environnementaux, comme lorsqu’une usine à béton pollue tout un secteur, car située sur un périmètre de captage d’eau potable d’une agglomération. Le média vise à présenter les problèmes de la région, et à proposer d’éventuelles solutions.

Tous ont pour constat le manque d’une éducation sérieuse à l’environnement. Inscrire une dynamique citoyenne dans un grand récit, tout mettre bout à bout, et amener « tout le monde » vers une transition écologique responsable, là réside le défi à mettre en place au plus vite !

Louise Oremus pour CCC Média

 

Partagez l'article
error3
Tweet 20