« Grâce à Dieu » sur le plancher de la scène du Théâtre de l’Acte 2

Couleur Café Citoyen

Présente :

« Grâce à Dieu » sur le plancher de la scène du Théâtre de l’Acte 2

 

Grâce à Dieu, mise en scène par Gilles Champion et la troupe du théâtre Part Cœur, se produit au théâtre de l’Acte 2. Ce ne sont pas moins de 20 comédiens qui interprètent les personnages de cette histoire, basé sur les faits réels de l’affaire Bernard Preynat.

 

 

En bordure de Saône, dans le 9ème arrondissement de Lyon, on retrouve le théâtre de l’acte 2, niché au fond d’une allée, on y pousse la porte et découvre un petit théâtre chaleureux. Une répétition se joue, Grâce à Dieu, c’est le nom de cette pièce qui nous emmène au cœur de la vie des 3 victimes du Père Preynat. De 1972 à 1991, Bernard Preynat a abusé sexuellement d’enfants, comme Alexandre, Pierre-Emmanuel et François alors qu’ils étaient scouts. Des années plus tard, Alexandre fait face au Père Preynat. Il décide alors de faire tout son possible pour que le père Preynat soit jugé. Une histoire vraie, qui s’est déroulée à Lyon, et qui a fait couler beaucoup d’encre à l’époque.

Crédit photo : CCC Média

Le théâtre, vecteur de plus d’émotions

Grâce à Dieu est une adaptation du film du même nom de François Ozon, sorti en 2018.  Gilles Champion, à l’origine de cette pièce de théâtre, parle de sa 38ème mise en scène avec passion. Interrogé sur la différence entre le film et la pièce, il explique: « Au théâtre, il y a plus d’émotions. Le film est remarquable, c’est ce qui nous a motivé pour le faire, mais au départ le texte était pour le théâtre. Finalement, François Ozon a décidé d’en faire un film . Le théâtre rend les choses plus fortes, plus concentrées. On n’a pas besoin de plans de coupe, pour montrer des déplacements par exemple, ou tout ce que l’on peut mettre dans un film ». Pari réussi, car l’émotion est présente, même lors des répétitions. On se plonge aisément dans cette histoire, certes bouleversante, mais qui est ponctuée par des moments plus légers, voire drôles dans certaines scènes que notre équipe a eu la chance de voir.

Grâce à Dieu regroupe 20 comédiens amateurs, ce qui est assez important, ainsi que deux jeunes danseurs qui interviennent pendant les coupes. « J’en ai géré 20 car je ne pouvais pas en gérer plus » plaisante Gilles Champion. Il explique qu’il n’a pas eu de problèmes particuliers, à part évidemment l’obligation de décaler la sortie de la pièce de janvier à juin, faute à la pandémie.   

Crédit photo : CCC Média

Trois actes, trois visions différentes

La pièce s’articule en 3 actes, chacun axé sur un des trois personnages principaux : Alexandre, Emmanuel et François. Passionné de théâtre depuis presque 10 ans, Laurent Pierre, qui interprète le rôle d’Alexandre, raconte « J’ai rejoint la troupe théâtre Parts Cœur assez récemment, avec cette pièce-là. Je recherchais une troupe avec un projet plutôt important, je suis tombé par hasard sur ce projet, et j’en ai parlé avec Gilles Champion, ça a matché directement. Je suis un grand fan de François Ozon, et quand il m’a parlé de Grâce à Dieu, j’ai dit « woah ». Dans la pièce, le thème abordé, la pédophilie, n’est pas facile. Interrogé sur la difficulté de jouer le rôle d’Alexandre, Laurent Pierre explique « Ce n’est pas facile. Bien évidemment, le sujet prend aux tripes. C’est un sujet tabou. Il y a un enjeu fort, important, de lancer le sujet au théâtre. Je ne cache pas que j’ai même un peu de fierté d’ouvrir cette pièce par un long monologue, qui m’avait d’ailleurs très ému lorsque j’avais vu le film .

La vidéo sera disponible dans les prochains jours, en attendant, n’hésitez pas à lire nos autres articles !

Nicolas, rédacteur chez CCC Média

 

Partagez l'article
Facebooktwitterlinkedinrssyoutube