Violences conjugales : Nom de code « Masque 19 » !

Couleur Café Citoyen

présente

Nom de code : « Masque 19 » !

ou SMS au 114 

Le confinement, vecteur de l’augmentation des violences conjugales

Le confinement, mis en place depuis le mardi 17 mars, oblige toutes les personnes du territoire français à rester chez elles. Dans ce contexte, on observe une hausse des violences conjugales, et plus généralement des violences intra-familiales.

Source : https://stop-violences-femmes.gouv.fr/

Une augmentation significative

Aujourd’hui un tiers des pays de la planète sont sous confinement, dans chacun de ces pays les cas de violences familiales sont en hausse. Cela a commencé en Chine, où a été observé au moment du pic de l’épidémie, une augmentation significative des violences et des demandes de divorce.

En France, Marlène Schiappa, la Secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, confirme une hausse des signalements de violences conjugales. En effet, le 3919 (numéro d’urgence) reçoit moins d’appels, ce que confirme l’association Solidarité-femmes-accueil (Solfa) qui signale une baisse du rythme quotidien d’appels de femmes en détresse. On peut expliquer ce phénomène par le fait qu’il est sûrement pus difficile de téléphoner en présence de son agresseur dans le foyer.

En revanche, le nombre de signalement par des personnes extérieures a bondi. On observe une hausse de +32% de signalement pour violences en une semaine.

De nouvelles mesures

Pour venir en aide à ces femmes qui subissent des violences quotidiennes, deux nouvelles mesures ont été mises en place au sein du pays.

Tout d’abord, des points d’accompagnement ont été installés dans des centres commerciaux. Sur ces différents points d’accueil, les femmes violentées pourront trouver des oreilles attentives à leurs problèmes, et des personnes prêtes à les aider à sortir de cette situation. L’idée d’installer ces lieux dans les centres commerciaux a été imaginée, afin de permettre aux femmes de chercher de l’aide en faisant leurs courses.

De plus, le gouvernement a mis en place un nouveau dispositif d’alerte. C’est ce qu’a annoncé Christophe Castaner, Ministre de l’Intérieur, les femmes victimes pourront se rendre en pharmacie et avertir les pharmaciens. Si la femme parvient a venir seule, elle peut donner l’alerte, en revanche, si elle est avec son conjoint, elle peut utiliser le code « Masque 19 ». Une fois le message transmis, la personne pourra bénéficier de la protection immédiate de la police ou la gendarmerie.

Il existe également une plate-forme, « Arrêtons les violences », sur laquelle 24h/24, et 7 jours sur 7 des policiers et gendarmes formés, prennent des signalement, lancent des enquêtes et interventions en matière de violences conjugales. En effet, la contrainte du confinement n’a pas empêché plusieurs gardes à vue et condamnation pour violences intrafamiliales ces dernières semaines.

La secrétaire d’état a également annoncé un « fond spécial financé par l’État d’un million d’euros pour aider les associations de terrain à s’adapter à la période ». De plus, elle a annoncé le financement de nuitées d’hôtel (jusqu’à 20 000), pour les femmes et enfants voulant fuirent un homme violent.

Qui contacter en cas de problèmes ?

Si vous subissez des violences intrafamiliales, ou vous êtes témoins de ces violences, de nombreux numéros de téléphone sont à votre disposition pour donner l’alerte.

Les numéros « habituels » tels que le 17, pour la police, et le 112, qui préviendra les secours appropriés.

On retrouve également le 3919, le numéro pour dénoncer les violences conjugales, de façon anonyme et gratuite. Le 119, est également à disposition pour la maltraitance infantile.

Contact sur Lyon

Vous pouvez contacter Filactions, association spécialisée dans la lutte contre les violences sexistes et notamment celles que l’on nomme conjugales, elle est mue par un fort engagement social et humain. Elle a entrepris de prévenir, sensibiliser et former le plus de personnes en Rhône-Alpes.

Un nouveau numéro mis a disposition des victimes, le 114

A l’origine ce numéro est le numéro d’urgence pour les personnes sourdes et mal entendantes, il a été élargi à toutes les victimes de violences conjugales et intrafamiliales dans le contexte de confinement. Ce numéro permet de donner une alerte par SMS, est actifs depuis ce mercredi. Cela peut être utile, si la personne ne peut pas sortir de chez elle, ni faire de bruit. Grâce à ce numéro, il est possible de prévenir la police, les gendarmes, le SAMU, ou encore les pompiers.

Enfin, il existe une application, « App-Elles », qui permet d’alerter en cas d’une situation dangereuse. L’application, prévient alors trois proches, en envoyant en plus la localisation de la personne.

Signature d’une charte pour la lutte contre les violences faites aux femmes à Lyon

Lundi 30 mars 2020, Marlène Schiappa a co-signé, avec la ville de Lyon, une charte pour la lutte contre les violences faites aux femmes. Plusieurs questions ont été évoquée, comment reloger la victime ou l’agresseur ?, comment maintenir l’éloignement d’un conjoint violent ?, quelles sont les mesures prises par la justice lyonnaise ?.

Tout d’abord, les femmes peuvent être accueillies en foyer adaptés, en Rhône Alpes, 60 nouveaux logements d’urgence pour femmes victimes de violences et leurs enfants ont été ouverts. Le loyer et les besoins alimentaires sont également pris en charge.

Elles peuvent décider de relouer un appartement, alors le dispositif Action Logement avec Visale se porte garant pour les accompagner, et les aider à se reconstruire.

Dans un second temps, un appel a été lancé pour mettre en place des centres de « prise en charge » des conjoints violents, avec un hébergement et appui psychologique.

Enfin, de nouveaux postes d’intervenants sociaux ont été créés dans les commissariats, permettant un meilleur accompagnement des victimes. Il a été également convenu que le secret médical pouvait être levé en cas de danger imminent pour la personne. Le parquet Lyonnais a mis en place un « circuit court » d’évaluation de la situation et de prise en charge de la victime pour traiter au plus vite ces affaires.

Rappel

  • Le 17 : numéro qui vous permet de joindre la police et la gendarmerie.
  • Le 112 : numéro d’appel unique européen pour accéder aux services d’urgence, valable dans l’Union européenne.
  • Le 15 : numéro spécifique aux urgences médicales, qui vous permet de joindre 24h/24 le service d’aide médicale urgente (SAMU).
  • Le 18 : numéro qui vous permet de joindre les pompiers.
  • Le 114 : numéro d’urgence pour les personnes sourdes ou malentendantes
    victimes ou témoins d’une situation d’urgence, afin de solliciter l’intervention des services de secours (en remplacement des 15, 17, 18). Pour en savoir plus

Ces cinq numéros d’urgence sont gratuits et peuvent être composés à partir d’un téléphone fixe ou portable, même bloqué ou sans crédit.

Louise Oremus pour CCC Média

Partagez l'article