Des volontaires pour remplir nos assiettes !

Couleur Café Citoyen

présente

Des volontaires pour remplir nos assiettes !

La crise sanitaire qui sévit aujourd’hui sur l’ensemble de la planète touche tous les domaines, notamment celui de l’agriculture. Le monde agricole doit faire face à un triple défi : garantir la santé et la sécurité de ses salariés, pallier à la hausse sensible d’absentéisme et maintenir, voire augmenter, les capacités de production.

Source photos/vidéos : FNSEA

Comment sont aidés les agriculteurs ?

Dans la région Rhône Alpes, la Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt, a annoncé que les entreprises agro alimentaires et les agriculteurs étaient éligibles au dispositif d’aide de 1500€ du fond de solidarité dans les mêmes conditions que l’ensemble des catégories socio-professionnelles impactées.

Une pénurie de main d’œuvre conséquente

Avec l’arrivée du printemps, le secteur agricole a plus que jamais besoin de main d’œuvre. Chaque année, les agriculteurs emploient 200 000 travailleurs saisonniers, pour la récolte des fruits et des légumes, les semis de printemps ou encore la taille des arbres. Habituellement, cette main d’œuvre arrive des pays étrangers tels que la Roumanie, la Pologne, l’Espagne, ou le Maroc.

Or dans le contexte actuel, toutes ces personnes restent bloquées aux frontières. C’est pourquoi, les agriculteurs demandent aujourd’hui de l’aide aux personnes à proximité, comme en Isère, où les agriculteurs demandent une main d’œuvre qualifiée ou non.

En Haute Loire, et dans de nombreuses autre fermes élevant des vaches, la crainte est de voir la fermeture des usines laitières, et l’impossibilité de vendre les veaux, qui ne pourront pas rejoindre l’élevage.

Un appel aux volontaires

Le mardi 17 mars, Didier Guillaume, le ministre de l’agriculture, a appelé les français à aider les agriculteurs dans les champs. Il a invité « l’armée de l’ombre des hommes et des femmes qui n’ont plus d’activité » à cause de la crise du Covid-19 à « rejoindre la grande armée de l’agriculture française ».

Pour faciliter le contact entre les agriculteurs et les potentiels travailleurs, Pôle emploi, l’ANEFA (Agence National pour l’Emploi et la Fondation en Agriculture), la FNSEA (Fondation Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) et Wizifarm, se sont associés pour créer une plate-forme : « Des bras pour ton assiette ».

24h après cet appel national, déjà plus de 40 000 volontaires c’étaient déjà inscrit sur le site, on en dénombre aujourd’hui près de 150 000.

Selon Christiane Lambert, la présidente du FNSEA, il y aurait besoin de 50 000 personnes pour le mois de mars, 80 000 pour le mois d’avril et 80 000 également pour le mois de mai. Principalement dans les régions du Sud-Ouest et du Sud-Est, que les volontaires sont demandés, mais également dans le Nord pour la récolte des endives.

Quels sont les profils attendus pour être volontaire ?

La plate-forme est ouverte à tous, chacun peut décider de se porter volontaire, bien qu’il ne faut pas oublier que ce n’est pas du bénévolat, mais bien un emploi de salarié. En effet, c’est un travail à plein temps, rémunéré à hauteur du SMIC.

Les profils attendus sont donc plutôt des demandeurs d’emploi, des travailleurs indépendants dont l’activité à été stoppée, ou des salariés en chômage technique.

Comment s’inscrire ?

Pour participer, il suffit de se rendre sur la plate-forme « Des bras pour ton assiette », et y remplir le formulaire, avec ses coordonnées. Il est très important de remplir tout ces points pour avoir une candidature complète :

  1. Renseigner ses disponibilités pour chaque mois

  2. Renseigner sa mobilité (possession du permis, d’un véhicule)

  3. Renseigner ses compétences, ou expérience dans le domaine

  4. Renseigner si vous possédez ou non du matériel à mettre à disposition

Vous devez également obligatoirement être en bonne santé, ne pas faire partie des personnes à risque et vous engager à respecter les règles de sécurité. Vous pouvez retrouver toutes les règles à respecter sur le site de la MSA (Mutualité Sociale Agricole).

Si vous n’êtes pas encore vraiment décidé à participer et que vous souhaitez simplement vous renseigner, il est possible de se rendre sur la plate-forme pour simplement consulter les offres sans créer de compte.

Consommer local

Enfin, sans même venir aider dans les champs, les agriculteurs appellent les français à consommer des produits de saison et du territoire. Ainsi le domaine garderait un grand nombre de consommateurs, pourrait encore fonctionner, et chacun ferait un geste pour la planète. Dans toute la région Rhône-Alpes, des groupes reliant les producteurs aux consommateurs se sont constitués. Bien que cela ne soit pas vraiment nouveau, le nombre de ces groupes a explosé depuis le début du confinement, du à une demande en hausse également. Ainsi, les producteurs ont du s’adapter, et se mettre à la livraison à domicile, ou au drive pour permettre aux consommateurs de continuer à se nourrir correctement.

Louise Oremus pour CCC Média

Partagez l'article