APF : Pour un mieux vivre ensemble !

Couleur Café Citoyen

présente

« APF : mettre en lumière le quotidien des personnes en situation de handicap »

 

Couleur Café Citoyen s’est rendu, au point presse de lAPF qui souhaitait donner ses revendications avant les élections municipales 2020. Les personnes en situation de handicap sont encore isolées, les infrastructures manquent, les transports ne sont pas assez accessibles, tant de problématiques à résoudre pour le bien-être d’environ 12 millions de Français. 

L’APF organisait le 5 mars dernier, un point presse pour mettre en lumière les trop nombreux problèmes auxquels les personnes en situation de handicap sont encore confrontées.

La scolarisation des enfants en situation de handicap

Un premier « coup de gueule » ouvre la rencontre, avec la promesse du Président de la République concernant la scolarisation de 8000 élèves en situation de handicap. L’APF soulève certaines questions quant à cette promesse. Dans quelles conditions ces élèves vont-ils être accueillis ? Les infrastructures sont souvent incomplètes : on peut avoir accès à un ascenseur (difficilement accessible dans certains cas, nous précise-t-on), mais 10 mètres plus loin, il y a des marches ou une encadrure de porte trop petite. L’accompagnement est également pointé du doigt, un enfant en situation de handicap a besoin d’un accompagnateur permanent, l’instituteur ne peut assurer les deux fonctions. Certains instituteurs ont déjà refusé la prise en charge d’enfants pour ses mêmes raisons et à cause d’une classe déjà surchargée, précise l’APF.

Les conclusions de l’APF sur ce point sont claires : il faut former les instituteurs à l’accueil d’enfants en situation de handicap, il est nécessaire de mettre en place plus d’accompagnement humain pour chaque enfant.

Un manque cruel d’établissements spécialisés

Les membres de l’APF ont insisté sur ce sujet : la France manque d’établissements pour accueillir les enfants et/ou les adultes qui ont besoin d’une aide qui ne peut être assurée par les parents. Il est notamment dénoncé la fuite forcée vers l’étranger, pour cause de manque de place. Les établissements pour enfant sont complets : les jeunes adultes trouvent difficilement des places en « établissement adulte », ils se voient donc contraints de rester dans les « établissements enfants »…

C’est un véritable manque qui est pointé par l’APF, et cela ne peut aller en s’arrangeant si aucune action n’est enclenchée pour mettre à disposition plus d’établissements spécialisés dans les années à venir.

Vie affective : l’APF souhaite le recours aux aidants sexuels

Sujet qui fait polémique en France : faut-il oui ou non reconnaître le métier d’aidant sexuel ? Pour les élus de l’APF, la réponse est oui. La vie affective peut-être compliquée lorsque l’on a un handicap, qu’il soit moteur ou mental. Depuis quelques temps, l’APF mène un combat pour la reconnaissance du métier d’aidant sexuel. Pas uniquement pour l’acte, précisent les élus, mais aussi « pour l’écoute, de manière plus intime, pour le soutien, pour la redécouverte du corps. C’est important de s’accepter, surtout pour la confiance en soi. » Evidemment, le métier doit être encadré, et une réelle formation doit être créée en France, réclame l’APF.

Nicolas Delattre pour CCC Média

 

Partagez l'article