Résistance en image # 3 au Lycée Hector Guimard !

Couleur Café Citoyen 

Présente

La manifestation du 29 avril au lycée Hector Guimard

Résistance en image # 3

 

Ce jeudi 29 avril, CCC Média est allé au Lycée Hector Guimard  Lyon 7, où se tenait une manifestation du personnel de l’établissement pour lutter contre une nouvelle réforme. Cette dernière aurait comme conséquence le déclassement de l’établissement entraînant dans un premier temps la suppression d’un poste.

 

 

Un établissement dynamique et croissant

Le lycée Hector Guimard est un établissement professionnel, allant de la 3ème au BAC+3, qui répond à une demande d’emplois autour de l’industrie (fonderie, prothésiste, électricité, outillage, plasturgie…). Il connaît une hausse des effectifs chaque année (335 en 2014 à 382 à la rentrée 2020). Tous les deux ans, une nouvelle formation y est également proposée.

L’établissement est validé par des professionnels, il y a une vraie reconnaissance de savoir-faire. Les élèves reçoivent régulièrement des prix pour les métiers de la fonderie.

Ces formations se font rares en France malgré une demande importante dans ces corps de métiers. Il fait partie au niveau national des sept seuls lycées de la Fonderie, des trois lycées proposant le BTS CPDE (Conception des Processus Découpe et d’Emboutissage).

L’établissement est en progression sur plusieurs plans, ce qui rend son déclassement d’autant moins compréhensible. Les étudiants ont besoin d’un encadrement adapté (public difficile et manipulation de machines dangereuses). Que ce soit d’un point de vue de la sécurité individuelle des élèves comme pour celle des professeurs et du voisinage.

Les conséquences d’une telle décision

Le CTA (Comité Technique Académique) du rectorat a comme projet de déclasser en catégorie 2  le lycée Hector Guimard dès la rentrée 2021.
Les établissements sont classés dans des catégories (allant de un à quatre), déterminées par des fourchettes de pourcentage. Ils sont classés selon une procédure tentant de concilier le quantitatif (nombre d’élèves) et le qualitatif (critères).
Le CTA ne prend pas en compte pour cette décision, la complexité de la structure comme : son internat, les classes post-bac, les formations industrielles ainsi que les formations initiales et en apprentissage. Ces critères sont habituellement pris en compte pour reconnaître la nécessité de surclassement de l’établissement.

La première conséquence serait la suppression d’un poste, celui de proviseur adjoint. C’est tout d’abord un problème pour la personne concernée mais également pour l’organisation du lycée. Ce déclassement provoquerait un changement graduel du personnel qui dérangerait toute l’infrastructure, en effet, l’établissement verrait ses employés bouger très régulièrement.

Réaction du corps enseignant et des employés de l’établissement

Le personnel du lycée est très en colère et ne comprend pas cette décision qu’ils jugent illogique. En effet, l’établissement a plutôt besoin d’aide pour accueillir les nouveaux élèves et les nouvelles formations mais à contrario, c’est un déclassement qui est prévu pour limiter leurs moyens.

Le personnel enseignant refuse la suppression du poste de proviseur adjoint indispensable à la structure. La situation est floue pour les années à venir.
Ils refusent également que le lycée soit classé en catégorie 3, ils souhaitent conserver les moyens nécessaires au bon déroulement de l’année.
Le personnel enseignant se sent méprisé par les absences de réponse du rectorat. Ils ont renouvelé leur demande auprès de la Ministre Elisabeth Moreno mais leur requête est toujours sans retour.

Face à la croissance du lycée, on pourrait penser légitimement que le personnel souhaite de l’aide, mais il aimerait juste que les choses restent comme telles. Ils ont donc demandé le 10 décembre 2020 une audience à la cour de Lyon, sans réponse à ce jour. Le personnel de l’établissement a donc organisé cette manifestation du 29 avril 2021 pour se déplacer jusqu’au rectorat afin de se faire entendre.
Le 28 avril, ils ont partagé publiquement cette volonté de s’y rendre avec une participation médiatique. La ville de Lyon a réagi en quelques heures,  proposant deux dates d’audience, début mai.
La manifestation du 29 avril s’est tenue autour de l’établissement, le personnel du lycée était présent. Il y avait des professeurs, des surveillants, les responsables administratifs… Toutes et tous tenaient des pancartes, des panneaux exprimant leur colère face à cette situation.

Certains ont tenu à témoigner devant nos caméras tout comme une passante, attirée par le regroupement. 

Nous remercions alors David Sery, Gunter Zahorka, Cécilia Janaudy, Christophe Juhentet et Jim Bugny, et tout le personnel du lycée Hector Guimard, pour leur témoignage et accueil.

La suite de la procédure

Le 3 et/ou le 5 mai se teindra l’audience pour que le personnel du lycée Hector Guimard puisse exprimer son incompréhension face à cette nouvelle mesure.

Nous suivrons de près les prises de décisions qui se feront autour de ce lycée professionnel.


Camille Rey, rédactrice pour CCC Média