Coronavirus : trois bonnes nouvelles !

Couleur Café Citoyen

présente 

Coronavirus : trois bonnes nouvelles !

 

Aujourd’hui, encore un sujet sur le coronavirus, certes, mais nous allons essayer d’apporter de l’espoir en traitant les « bonnes nouvelles » liées à la crise du Covid-19. Evidemment, le but n’est pas de minimiser cette crise, car il est important que tout le monde respecte le confinement et les gestes à adopter, afin d’en finir au plus vite !

La Chine réussit à limiter la propagation

Samedi, la Chine a annoncé n’avoir détecté aucune contamination locale. C’est le deuxième jour consécutif où aucun cas supplémentaire n’est détecté dans la population chinoise. Depuis plus de deux mois, la Chine fait face à l’épidémie de Covid-19. Pays le plus durement touché avec l’Italie, l’évolution de la situation est signe d’espoir dans la lutte contre le virus. Cela prouve également que les mesures de confinement initiées par la Chine ont porté leur fruit.

La France commande 250 millions de masques

Olivier Véran, Ministre de la Santé, a annoncé samedi la commande de « plus de 250 millions de masques ». En effet, la France n’a aucun stock de masques pour les médecins, infirmiers, et toutes les personnes qui sont confrontées au quotidien au virus. En 2012, la France comptait pourtant plus d’un milliard de masques, que la ministre de la Santé de l’époque, Roselyne Bachelot, avait commandé suite à l’épidémie de grippe A. Ce stock ne s’est pas renouvelé au fil des années et il y a un réel manque aujourd’hui. Plus de masques devraient être achetés dans les jours qui suivent, la demande est très importante. En moyenne, un médecin dans un hôpital doit changer 3 à 5 fois de masque par jour.

Sur les pistes d’un traitement contre le virus

A Marseille, le Professeur Parola a fait une découverte plus qu’encourageante… Avec son équipe, il a révélé l’efficacité d’un traitement initialement élaboré contre le paludisme. Sur 24 patients ayant reçu ce traitement, 18 d’entre eux n’avaient plus aucune trace du virus six jours après. Encore plus encourageant, le Professeur Parola explique qu’en ajoutant un antibiotique à ce traitement contre le paludisme « plus aucun patient n’avait de virus détectable.

Cela signifie que plus aucun de ces patients n’étaient contagieux »…

Source Franceinfo 

Nicolas Delattre pour CCC Média

 

Partagez l'article
error3
Tweet 20