🍀 ARTI’STORY # 17 : Cécile Auxire une comédienne engagée !  

Couleur Café Citoyen

présente

  🍀 ARTI’STORY # 17 : Cécile Auxire !  

Egalité Femme/Homme au Théâtre !

 

 

Cécile Auxire Marmouget est  comédienne et metteuse en scène.

Une attraction pour la littérature depuis longtemps

C’est à l’âge de 15 ans que Cécile a eu envie de jouer la comédie, poussée par ses professeurs de français inspirés et passionnants. Son attrait pour les lettres l’a amenée à suivre une filière littéraire, puis au théâtre… Les textes engagés, non conventionnels et sans tabou ont sa préférence. Ses professeurs l’encouragent très tôt à se lancer dans le théâtre. Cécile aime monter sur scène devant un public ; débuter au théâtre n’a pas été compliqué, elle commence au club théâtre de son lycée en préparant de petites représentations. …

Puis elle crée une compagnie amateure « Les Zygomatik», avec des amis étudiants des Beaux Arts. A ce moment là, elle est en train de se former auprès de professionnels du monde théâtral.

En parallèle de ses études littéraires entre Lyon et Valence, Cécile suit une formation au Conservatoire d’Avignon. Elle est acceptée au Conservatoire National Supérieur de Montpellier où elle étudie le théâtre à plein temps.

Crédit Photo : Henri Granjean 

Respublica

Un grand nombre de pièces déjà jouées

Les derniers spectacles dans lesquels Cécile Auxire est apparue se sont déroulés au Théâtre des Célestins à Lyon.

En cette période et avec le confinement, elle devait jouer aux Célestins une pièce dénommée « La ligne Solaire », de l’auteur Russe Ivan Viripaev. Cette pièce raconte un épisode de la vie d’un couple, confiné dans sa cuisine, ce qui aurait pu être un sujet d’actualité… Malgré tout, vu la complexité de la situation, Cécile et son partenaire de jeu ont préféré reporter le spectacle, celui-ci sera de nouveau joué dans deux ans.

Auparavant, Cécile avait joué dans de nombreuses pièces, notamment en 2017 où elle présentait plusieurs diptyques. Tout d’abord, une pièce de l’autrice Stéphanie Marchais, « Intégral dans ma peau », qui relève de la haute écriture, sans aucun tabou. La pièce évoque l’histoire de Josh, un adolescent brillant, atypique, en quête identitaire, au point de (peut-être ?) poser une bombe dans son lycée pour se singulariser. 

Crédit photo : Philippe Petiot

MataHari – L’œil-du jour

Cécile a joué dans la pièce « Lilli / Heiner intra muros », une pièce de l’autrice contemporaine passionnante Lucie Depauw. Cette pièce aborde le sujet des sportives allemandes en ancienne RDA (République Démocratique d’Allemagne) dopées et modifiées pour la course à l’or Olympique.

Ces deux pièces font partie du projet « Dans la peau du monstre », diptyque en association avec Christian Taponard et le Groupe Décembre

Crédit photo : Bertrand Gaudillère

La ligne solaire

Pour Cécile, la pièce qui lui tient énormément à cœur est « Piscine (pas d’eau) », de Mark Ravenhill. Cette pièce est à la fois méchante, furieusement drôle et « trash » ; elle raconte l’histoire d’un groupement d’artistes qui ne se font aucun cadeau et qui se retrouvent des années plus tard et se remémorent leur amitié. Cette pièce Cécile adore la jouer, avec la Cie Gazoline, car elle est à l’origine d’un succès en 2012 à Avignon, où elle s’est retrouvée dans les dix meilleures pièces du Festival in et off confondus d’après le choix rédacteurs du festival off. C’est en 2016 que Cécile  rejoue cette pièce au Théâtre des Célestins.

Une dernière pièce que Cécile apprécie particulièrement est « Une heure et dix minutes », de l’autrice Russe Elena Gremina. Cette pièce est une pièce courageuse sur Sergueï Magnitski,  torturé et mort en prison. La pièce accuse le système pénitentiaire et médical Russe.

Pourquoi s’être installée à Lyon ?

Cécile faisait partie d’une compagnie qui a fait quelques succès. Elle était installée sur Valence. Suite au changement de municipalité, elle fût contrainte de quitter la ville pour continuer le théâtre. Lyon est alors devenue, un « asile politique et artistique ». Le choix de Lyon s’est fait car Cécile et la Cie Gazoline avaient déjà commencé à tisser des liens avec le Théâtre des Célestins, grâce à la pièce « Piscine (pas d’eau) » présentée au Festival d’Avignon.

Des projets à venir

Cécile travaille sur un spectacle nommé « C’est mon jour d’indépendance », qui sera joué dans deux ans. Cette pièce écrite par Stéphanie Marchais, raconte l’histoire d’une femme qui travaille dans une EHPAD. Le texte a une très belle prosodie, le récit est original, drôle et poétique, bien que le sujet soit compliqué.

Ce projet permet à Cécile de tester de nouvelles choses, et notamment de se retrouver seule sur scène.

Des conseils pour les futurs comédiens

Pour toutes les personnes qui souhaitent un jour entrer dans le milieu de la scène et du spectacle, Cécile n’a qu’un conseil à donner, « il faut s’accrocher et persévérer ». En effet, il y a peu de places, il est très important de faire une Ecole spécialisée pour mettre toute la chance de son côté.

Louise Oremus pour CCC Média

Partagez l'article
error1
Tweet 20