« FungiLife » : Pour une solution à la « pollution plastique » !

Couleur Café Citoyen

présente

Fungi Life

« Pestaliotopsis Microspora » : le champignon dévoreur de plastique…

Fungi Life est une association Lyonnaise dédiée à la recherche sur le champignon Pestaliotopsis Microspora. Ce champignon a pour propriété très particulière de se nourrir de polyuréthane ; le développement de son utilisation peut permettre un « recyclage naturel » de ce type de plastique.

Elodie Vernay, Présidente de l’association a lancé une collecte de dons sur le site HelloAsso. L’objectif suite à cette récolte de dons est de financer le matériel, le salaire de leur biologiste pour quelques mois et de permettre l’implantation d’un laboratoire en Colombie, pays au climat plus propice à la culture et l’étude de ce champignon.   

 

 

Sebastian Zapata et Juan David Martin, bénévoles de l’association FungiLife ;

 

                                                                                                     Maria Fernanda Cardona Gutierrez, biologiste chargée des premières recherches sur le champignon Pestalotiopsis Microspora.

Crédit photos : Isabel Zapata

Le germe d’une solution à la « pollution  plastique » :

Ce dernier s’avère être une solution à la « pollution plastique », puisqu’il se nourrit de polyuréthane, une matière dangereuse pour l’Homme, toxique pour le système nerveux lorsqu’il est chauffé, destructeur de la faune et de notre environnement. Selon les chiffres de l’ONU, seulement 9% du plastique produit est recyclé ; la culture du Pestaliotopsis Microspora permet de dégrader le polyuréthane en 16 jours environ. Il n’est pas le seul champignon à pouvoir dégrader le plastique, cependant il est le seul à le faire dans des milieux sans oxygène, un avantage certain, car il pourrait recycler sous terre, rapidement… !

Lina Wendling pour CCC Média


         De nombreuses associations soutiennent Fungi Life,                                                                  notamment Anciela, le Labo Collectif, et Blutopia

 

 

 

Crédit : Isabel Zapata

 

Partagez l'article
error0