Reg’Art # 12 : CAT-R6

Couleur Café Citoyen

présente

Reg’Art # 12 : CAT-R6, l’art du collage

 

Le 14 septembre dernier, CAT-R6 nous accueillait chez elle pour une interview intimiste. Artiste basée à Lyon, elle réalise ses œuvres en utilisant, entre autres, la technique du collage. Avec elle, on parle de street art, de médiation artistique et de recyclage !

 

 

Camille Terrenoire, de son nom d’artiste CAT-R6, se définit comme collagiste bien qu’elle mêle aussi d’autres disciplines dans ces œuvres comme la peinture et le dessin. Passant des heures à farfouiller, déchirer, arracher, découper et puis recoller pour créer, l’artiste basée à Lyon s’exprime à travers cet art ancien mais peu connu qu’est le collage. C’est un moyen d’expression ne demandant pas une technique très poussée mais qui offre une large liberté de création.

« Il y a deux ans j’ai pris un atelier pour vraiment créer un espace pour l’art dans ma vie. »

Plus jeune, elle est déjà très créative et s’exprime à travers le dessin et parfois la sculpture. A la fin du lycée elle hésite sur son orientation professionnelle mais devient finalement psychologue en continuant de développer sa créativité à travers une pratique amateure. Cela fait maintenant 6 ans que Camille s’est reconnectée à l’art pour devenir CAT-R6.

Son pseudo, référence à la catharsis, est d’abord un petit clin d’œil à son travail de psychologue. Elle qui avait envie de pratiquer le street art, elle le choisi après avoir dessiné un personnage en train de grapher. « Je me suis dit que c’était une belle catharsis de créer ce bonhomme et de pas faire de street art encore ». CAT-R6 c’est donc aussi en rapport avec le coté cathartique de l’art.

 

crédits photos : CCC Média

Le recyclage au cœur de son projet artistique

CAT-R6 commence l’aventure chez elle, après s’être rendu compte qu’elle avait accumulé beaucoup (trop) de choses depuis très jeune ; des images, des magazines qui lui plaisaient et qu’elle n’a jamais voulu jeter. Un soir elle décide d’utiliser ce qu’elle a amassé toutes ces années, une créativité infinie s’ouvre alors devant elle.

« Je ne travaille qu’avec des choses que je trouve sauf mes toiles même si j’aimerais créer mes propres supports. »

CAT-R6 utilise presque exclusivement des choses recyclées. Elle crée ses œuvres sur de vieilles planches de skate, des cartons plumes, des cassettes ou même des cartes bleues ! Concernant le contenu, elle pioche dans des vieux magazines des années 50 ou plus nouveaux, plus pop, des journaux aussi, des fils, des perles, des feuilles mortes, des fleurs séchées… bref elle récupère tout ce qui peut l’inspirer.

Cet été, elle a proposé son exposition « Recycollage » dans le cadre d’un pop-up dans l’ancien Bellecour Musique transformé en épicerie / recyclerie pour l’occasion. Parfaitement dans le thème, elle exposait son travail autour des cassettes, des skates, de vieux vinyles et de plastiques réutilisés.

« C’était vraiment une belle expérience de mélanger l’exposition et d’être dans la recyclerie, il y avait vraiment tout le concept qui rentrait en résonnance. »

 

crédits photos : CCC Média

 

Collage & thérapie

En plus du côté écolo du recyclage, CAT-R6 cherche à s’exprimer en utilisant ce qui existe déjà et en le transformant. Elle fonctionne à l’intuition face aux morceaux quelles découvrent, redonnant parfois de la cohérence à des pièces venues de sources différentes ou laissant le résultat de son inspiration plus abstrait.

« J’exprime pas mal d’émotions, de sensations, parfois ce sont des thèmes plus ou moins engagés ».

L’artiste nous confie être plus encline à créer lors de moments où elle ne va pas très bien pourtant l’ensemble de ses œuvres ne traduit pas forcément des émotions négatives. Son univers, plutôt coloré, rassemble beaucoup de personnages mis en scène dans des décors chimériques souvent accompagnés d’une recherche de mouvement. Cherchant d’abord à transmettre des sensations à travers ses pièces, elle se rend parfois compte plus tard de la dimension engagée de celle-ci.

« J’aime ce côté alchimique de montrer des choses déchirées, qu’on utilise plus, qu’on aime plus ou qu’on ne voit plus de la même manière et de le transformer et les trouver superbes, donner une nouvelle vie et avoir un autre regard sur ces choses-là. »

Dans cette optique, Camille Terrenoire utilise aussi l’art du collage dans une approche thérapeutique. Elle a utilisé ce média en tant que psychologue avec des patients victimes d’accidents qui ont perdu une partie d’eux, un membre ou des souvenirs. Le collage a pu permettre d’accompagner leur reconstruction d’identité, servant de métaphore pour recoller les morceaux, se redécouvrir ou créer une nouvelle identité à partir de ce qu’ils avaient encore.

Poussée par ses deux passions réunies, la collagiste se tourne aujourd’hui vers un vrai projet de médiation artistique pour associer collage et thérapie et utiliser l’art comme point d’entrée vers un processus thérapeutique.

 

crédits photos : CCC Média

 

A l’horizon : street art, collab’ et atelier d’initiation

Ayant mis un pied dans le street art par des collages avec l’association d’artistes Superposition à la cité des halles et dans son quartier, CAT-R6 continuera de s’investir dans ce genre de projets.

« C’est un moyen de donner accès à l’art que j’aime beaucoup, qui est très libérateur aussi. C’était une expérience exceptionnelle avec 40 artistes, on pouvait peindre sur tous les murs, c’était hyper stimulant ! »

Avec ces changements professionnels, elle avait dû mettre en stand-by l’atelier qu’elle avait pris au Fort mais l’artiste veut en retrouver un dès que possible pour à nouveau partager et collaborer avec d’autres artistes.

Valorisant le fait que le collage est un mode de création accessible à tous, ludique et simple, CAT-R6 propose des ateliers d’initiation pour partager cette pratique artistique. D’abord, elle donne à ses élèves quelques points de techniques notamment sur le découpage au scalpel et sur les différents types de colle. Elle fournit ensuite le nécessaire, outils et supports pour leur montrer qu’il est possible de créer avec à peu près tout ce qu’on trouve. Elle incite le public à laisser parler leur imagination.

« J’aime beaucoup partager la technique du collage, c’est vraiment un plaisir de faire découvrir au gens et je vois toujours comme ils s’éclatent. Le but c’est pouvoir offrir ce temps de jeu, c’est s’amuser, aller farfouiller, transgresser, arracher les pages, oser jouer et puis se faire confiance. »

CAT-R6 a donc prévu d’organiser plus régulièrement ce genre d’ateliers. Aussi, l’année prochaine elle exposera à la galerie Alcôve autour du thème de la suspension et de la pesanteur. En attendant, elle continuera de créer, d’explorer de nouvelles techniques, d’utiliser d’autres matériaux pour pousser toujours plus loin les possibilités de liberté qu’offre le collage.

 

 

Pour suivre les projets de notre collagiste suivez la sur ses réseaux Facebook et Instagram.

On vous invite aussi à aller voir les œuvres qu’elle vend sur sa boutique ETSY ! <

 

Solène, rédactrice chez CCC Média

Partagez l'article
Facebooktwitterlinkedinrssyoutube