🍀 ARTI’STORY # 10 : Les Kings Sauvages !

Couleur Café Citoyen

présente

🍀 ARTI’STORY # 10 : Les Kings Sauvages ! 🍀

 

Nous avons rencontrĂ© quatre « Drag Kings » Lyonnais, Basile de GenderFreak, Max Miller, Yax Ferri et NoĂ© the kid, qui se sont prĂȘtĂ©s au jeu de l’interview pour nous prĂ©senter leur art…

Qu’est ce que « les Kings Sauvages » ?

« Les Kings Sauvages » sont un collectif artistique et militant de « Drag Kings » Lyonnais. Ce collectif propose des soirées, des ateliers, en rapport avec le milieu « Drag King ». Ouvert à tous ceux qui souhaitent se lancer, ou simplement venir découvrir et en apprendre un peu plus sur les participants et leur monde.

Mais qu’est ce que le Drag King ?

Il faut noter que les « Drag Kings » sont diffĂ©rents des « Drag Queens ». Ils sont peut-ĂȘtre plus militants, plus politiques… Au travers du Drag King, chaque personnage peut exacerber certains traits, en expĂ©rimenter d’autres, se jouant des clichĂ©s et des convenances.

Comment entrer dans le milieu ?

Pour nos 4 artistes, il y a une histoire différente.

NoĂ© a voulu intĂ©grer le « Drag King » aprĂšs avoir vu le documentaire de Chriss Lag, « Parole de King ». A ce moment lĂ , il n’existait aucun collectif sur Lyon, il a donc attendu un an pour commencer Ă  se produire seul, puis il crĂ©Ă© un groupe.

Pour Yax, nous retrouvons un peu la mĂȘme histoire, il a toujours Ă©tĂ© dans le milieu de la scĂšne, de la musique, du thĂ©Ăątre. Suite au visionnage du mĂȘme documentaire, et d’un spectacle du « Drag King » « Robin des Doigts », Yax dĂ©cide de se lancer.

Max fait aussi partie du monde de la scĂšne, il est comĂ©dien, il a Ă©tĂ© l’un des premiers avec NoĂ© Ă  vouloir faire du « Drag King » son centre d’intĂ©rĂȘt.

Enfin, Basile travaillait dans une association fĂ©ministe, et a rencontrĂ© le « Drag King » par le biais d’ateliers, puis de scĂšne ouverte.

Crédit photos : Les Kings Sauvages

Votre conseil pour toutes les personnes souhaitant se lancer

La premiÚre chose à faire est de  créer un personnage, avec un nom, un caractÚre. Ensuite il est important de tisser des liens avec le réseau, et de se rendre dans les soirées « Queers ».

Pourquoi avoir choisi de se développer sur Lyon ?

Le choix de Lyon s’est fait tout simplement car tous les Drag Kings du groupe vivent Ă  Lyon.

On peut les retrouver dans de nombreuses salles comme Le Sonic, le Rita Plage, la Baston, L’Atelier des Canulars, certains thĂ©Ăątres des pentes de la Croix Rousse ou encore le Lavoir Public.

Comment se déroule une représentation ?

Lors d’un spectacle de Drag King, les sujets abordĂ©s questionnent l’identitĂ©, le genre… Ils jouent avec les codes, et amĂšnent le spectateur Ă  se questionner Ă  son tour, avec toujours un cĂŽtĂ© « hyper militant », tout en utilisant l’humour, et le rire.

Les spectacles s’adaptent aux diffĂ©rents publics. On peut trouver des reprĂ©sentations de Drag Kings pour des publics familiaux, ou d’autres qui sont moins adaptĂ©s Ă  un jeune public.

Pendant la reprĂ©sentation, la plupart du temps chacun produit un numĂ©ro en solo, ou en duo ou trio. Ce n’est que rarement que l’ensemble des « Kings Sauvages » montent sur scĂšne tous en mĂȘme temps. De plus, il arrive rĂ©guliĂšrement que plusieurs membres du groupe jouent le mĂȘme soir dans des salles diffĂ©rentes. 

Quels sont vos projets ?

Tout d’abord, les Kings Sauvages ont eu l’idĂ©e de crĂ©er des vidĂ©os sur des thĂšmes diffĂ©rents. Ainsi, tous les dimanches Ă  14h, une vidĂ©o est mise en ligne sur l’instagram et le facebook des Kings Sauvages. Les sujets abordĂ©s sont variĂ©s, derniĂšrement il y a eu le thĂšme de PĂąques, ou celui du sexe.

Le collectif, continu aussi Ă  vivre, en essayant de se produire avec des spectacles virtuels, ou en prĂ©voyant les projets d’aprĂšs confinement. Les Kings Sauvages, prĂ©voient de mettre en place des workshops, mais aussi des descentes avec de nombreux Drag Kings. Et bien sur reprendre les soirĂ©es, et les ateliers.

Louise Oremus pour CCC MĂ©dia

Partagez l'article
error1
Tweet 20