Lunée l’Ôtre – Ancrage

Couleur Café Citoyen

présente

Lunée l’Ôtre : Ancrage

 

Le 07 janvier 2022, l’équipe de CCC Média est partie à la rencontre de Malvina Migné, dramaturge au sein de la compagnie Lunée l’Ôtre. Elle nous parle de son dernier spectacle, Ancrage, qu’elle a écrit et mis en scène. 

La compagnie Lunée l’Ôtre

Comme nous l’explique Malvina, la compagnie Lunée l’Ôtre est une compagnie de théâtre lyonnaise qui s’est montée à l’issue d’une formation en art du spectacle à l’université Lyon II. Ce sont quatre anciennes étudiantes qui en sont à l’origine, et elles sont rejointes par d’autres comédiens selon les projets. 

Ce qui les distingue des autres compagnies de théâtre, c’est leur volonté d’amener et de jouer leurs pièces dans des lieux improbables, dans le sens où de prime abord, ils ne semblent pas fait pour y jouer. 

Les axes principaux de notre travail c’est à la fois d’essayer de faire du théâtre dans des lieux qui ne sont pas nécessairement dévoués au théâtre (cela peut être les fermes, les musées, les places de village, l’espace public mais également pied d’immeuble) tout en ménageant un espace aux spectateurs, soit en sein directement des représentations en essayant de trouver des formes participatives qui permettent au public de s’exprimer, ou alors dans tous les parcours d’ateliers d’écriture et de théâtre qui s’arriment à toutes nos créations”. 

Lunée l’Ôtre écrit ses propres textes qu’ils mettent en scène sur des thématiques différentes autour notamment des questions de genres, d’artisanat, des relations aux territoires ou à l’environnement. C’est ainsi que Malvina nous présente leur dernière création, Ancrage, qui aborde la thématique de l’artisanat. 

Crédits photos : CCC Média

Ancrage, un véritable challenge

Le spectacle qui les occupe en ce moment c’est donc Ancrage dont le sous-titre est “Manuel de gravure à l’eau-forte”. 

La gravure à l’eau-forte c’est une technique où en fait l’idée c’est que l’on part d’un dessin que l’on va reproduire sur une plaque de cuivre qu’on va graver. Il y a plusieurs processus de gravure sur métal ou sur d’autres supports et donc là nous nous sommes intéressés principalement à la gravure taille-douce, c’est-à-dire sur métal et tout particulièrement sur cuivre. Après pour graver sur cuivre, il y a plusieurs méthodes que parfois on va évoquer dans le spectacle mais nous on est principalement concentré sur l’eau-forte et eau-forte, cela fait référence aux acides dans lesquelles on va plonger la plaque pour que ces produits chimiques viennent creuser les traits et que le dessin soit imprimé et plus marqué sur le papier”. 

Ainsi, c’est un véritable challenge que s’est lancé cette compagnie : arriver à mettre en spectacle, à jouer sur scène une technique d’artisanat que l’on fait en atelier et arriver à la vulgariser pour tous. 

Dans cette pièce, deux comédiennes interprètent chacune un personnage : Anna, une artiste qui pratique la gravure, et Lou, représente de commerce dans une papeterie. Il va alors être question de leur rencontre et du bout de chemin qu’elles vont parcourir ensemble. Ce qui est intéressant c’est que chaque chapitre de leur histoire correspond à une étape de réalisation d’une gravure, du commencement jusqu’à l’impression finale de la gravure. La gravure sert par conséquent de toile de fond à la pièce.  

C’est une gravure qui est réalisée par le personnage d’Anna inspirée par sa compagne Lou. Il se trouve qu’Anna est atteinte d’une maladie, on ne sait pas de quoi il s’agit, mais en tout cas elle va disparaître avant d’avoir eu le temps d’imprimer sa gravure et donc toute l’intrigue repose sur le fait que c’est à Lou d’imprimer la gravure réalisée par Anna”.

La pièce est un savant mélange d’émotions et de didactique. Les personnages prennent bien le temps d’expliquer sur scène les étapes de la gravure.  

 

Le projet : un long processus 

Il y a eu plusieurs étapes de travail pour arriver à ce résultat, nous explique Malvina. Tout a commencé il y a quatre ans puisqu’ils ont eu la possibilité de faire une lecture de texte dans une exposition de gravure en Bretagne dans un phare-musée dans lequel plusieurs graveurs étaient exposés. Ce texte était bien sûr en lien avec les œuvres présentées mais commençait déjà à aborder un peu les questions de technique. 

Deux ans après cette première expérience, ils se sont présentés au musée de l’imprimerie à Lyon où ils ont pu faire une résidence dans le cadre du dispositif La Fabrique. 

La Fabrique c’est le principe d’accueillir des jeunes artistes, souvent c’est plutôt des plasticiens, des typographes, des graphistes et là ils ont pour cette fois-ci accueilli une compagnie de théâtre et donc l’idée c’était d’essayer de monter un spectacle dans les expositions du musée. Finalement ce spectacle a pris une forme dans une salle de spectacle et aussi pour beaucoup de raisons sanitaires, on a préféré ne pas jouer dans les expositions”. 

Malheureusement leur résidence a été interrompue par le second confinement d’automne. Mais le spectacle Ancrage est en partenariat avec le musée de l’imprimerie. Ils ont d’ailleurs joué leur deux premières là-bas. 

Ainsi, c’était vraiment une aventure au long cours qui a demandé à la fois un temps d’immersion dans les expositions, mais aussi un temps de rencontres avec des artistes, et puis surtout un temps de documentation pour bien s’imprégner des gestes et du lexique de la gravure.  

 

Dates : Vous pouvez aller voir le spectacle du 29 janvier au 02 février au théâtre des Marronniers à Lyon !

 

Retrouvez la compagnie sur Facebook et leur site internet                                                                                                               

 

Manon, rédactrice chez CCC Média  

 

Partagez l'article
Facebooktwitterlinkedinrssyoutube