Lutter contre les violences faites aux femmes  !

Couleur Café Citoyen

présente

En co-production avec le Lyon Bondy Blog

A Villeurbanne,

Grand rassemblement pour lutter contre les violences faites aux femmes  !

 

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, un rassemblement était organisé à Lyon, ce mercredi 25 novembre au soir. A l’appel du Collectif Droits des Femmes 69, une centaine de personnes se sont réunies à Charpennes pour dénoncer le harcèlement sexuel et le sexisme au travail.

Samedi, un premier rassemblement avait déjà réuni plus de 500 personnes place Bellecour. Ce mercredi, le Collectif Droits des Femmes 69 qui regroupe plusieurs associations féministes et organisations politiques a choisi le Mc Donald’s Charpennes comme point de ralliement. Un symbole lourd de sens au moment d’évoquer le sexisme au travail, puisque les pratiques managériales de l’enseigne avaient été épinglées en octobre par Médiapart et Streetpress. Au même moment, des militantes de Superféministe et du Planning Familial 69 menaient une action simultanée devant un autre symbole : 87 paires de chaussures étaient ainsi disposées sur les marches du Palais de Justice de Lyon, représentant les 87 féminicides recensés depuis le début de l’année civile. 

 

Sur la place villeurbannaise, les prises de paroles se succèdent au micro pour dénoncer les violences faites aux femmes, un fléau qui n’épargne pas le Rhône où les violences conjugales ont augmenté de 21% entre 2018 et 2019 et où au moins 5 femmes ont été victimes d’un féminicide depuis le début de l’année. Pour cette intervenante, l’année 2020 a même été “particulièrement éprouvante” pour les femmes, puisque ces violences ont augmenté de 30% pendant le premier confinement d’après le Ministère de l’Intérieur – un chiffre qui serait relativement similaire pour le second confinement.

Crédit photos : CCC Média et LBB

Si la Préfecture du Rhône précise que “l’État a créé 36 places d’hébergement supplémentaires dans le Rhône pour atteindre 248 places dédiées à ce public prioritaire« , les associations appellent néanmoins à une action publique plus forte à ce sujet. Une nécessité reconnue par Grégory Doucet et Cédric Van Styvendael, qui étaient présents au rassemblement. Aux côtés de Florence Delaunay, adjointe aux droits et aux égalités, le Maire de Lyon rappelle ainsi l’engagement de son équipe municipale, et “l’importance de venir soutenir un mouvement de lutte contre ces violences, qui sont insupportables aujourd’hui”. Ensemble, ils reviennent sur la triple action de la municipalité : “communiquer et former” à ces enjeux (les jeunes, les agents municipaux et de police municipale), “mettre les femmes à l’abri en cas d’urgence” (en augmentant de 2 le nombre d’appartements disponibles) et “favoriser l’écoute pour libérer la parole” (avec notamment la mise en place d’une quatrième permanence d’écoute pour accueillir les femmes en mairie).

Des actions qui ne sont pas sans rappeler celles menées à Villeurbanne, engagée de longue date sur ces sujets. La deuxième plus grande ville de la Métropole souhaite également développer ses capacités d’hébergement d’urgence, tandis que la permanence d’aide aux victimes organisée une fois par semaine au Commissariat par l’association Viffil devrait devenir quotidienne. Des similarités qui ne sont pas fortuites, à en croire le Maire de Villeurbanne et son adjointe à la lutte contre les discriminations Agathe Fort :  “On a conscience qu’il y a une reproduction systémique des inégalités et de ces discriminations. Notre responsabilité, c’est de ne plus fermer les yeux. La présence de Grégory Doucet à ce rassemblement, à Villeurbanne, montre aussi que des villes sont en train d’appréhender ces problématiques d’une manière cohérente et convergente”.

 

Partagez l'article