🍀ARTI’STORY # 33 – Judith SEVY – une artiste pluridisciplinaire !🍀

Couleur Café Citoyen

présente

🍀ARTI’STORY # 33 : Judith SEVY, une artiste pluridisciplinaire ! 🍀

 

 

Judith SĂ©vy , met en avant sa pratique de la photographie argentique, jeune artiste lyonnaise, sa pratique artistique est essentiellement tournĂ©e vers l’illustration et la photographie. Nous avons orientĂ© notre interview vers sa dĂ©marche photographique et en particulier sur la photographie argentique. 

Le combat pour « la belle photo »

L’utilisation de l’appareil argentique est plus qu’un choix, mais plutĂŽt un combat qu’elle mĂšne au quotidien. La perspective de l’argentique est pour Judith une dimension supplĂ©mentaire Ă  l’ùre du smartphone oĂč il est beaucoup plus simple, pour n’importe quel individu, de s’essayer Ă  la photographie. Le matĂ©riel argentique offre une approche plus rĂ©flĂ©chie du sujet, l’Ɠil du photographe est mis en action, avec une vision moins mĂ©canique. Une rĂ©elle implication est dĂ©veloppĂ©e et une comprĂ©hension du mĂ©canisme photographique se fait ressentir sur l’image finale, fruit d’une comprĂ©hension technique et de la vision artistique sur l’environnement. De cela, se dĂ©gage un charme inĂ©galable grĂące auquel le travail de Judith est reconnaissable parmi tant d’autres.

Crédit photos : Judith Sévy

Les débuts 

Judith s’est intĂ©ressĂ©e Ă  la photographie relativement tard, dissuadĂ©e par le coĂ»t financier. Elle a Ă©tĂ© introduite par un ami fĂ©ru de photographie et par l’engouement de la photo argentique dans les Ă©tudes supĂ©rieures. Judith a tout de suite Ă©tĂ© sĂ©duite par la captation de lumiĂšre et le rendu tout Ă  fait inĂ©dit de cette technique. Le premier appareil argentique que Judith a eu entre les mains n’est autre que celui de son pĂšre, ajoutant une valeur sentimentale… toujours utilisĂ© jusqu’Ă  rĂ©cemment dans ses projets.

Capturer les moments

Le travail de Judith reste trĂšs spontanĂ©. Elle nous fait part de sa passion de capturer des moments de la vie quotidienne avec ses amis, par exemple en vacances. C’est aussi un moyen d’immortaliser les instants, sauvegarder Ă  tout prix les souvenirs trop vite pĂ©rissables. Cette angoisse de l’oubli l’amĂšne Ă  avoir constamment son appareil sur elle. L’oubli ou les accidents techniques sont de fait, sa bĂȘte noire. Cette spontanĂ©itĂ©, Judith la fait ressortir Ă©galement en studio. Elle fait poser des modĂšles amateurs qui sont soit des amis ou des bĂ©nĂ©voles recrutĂ©s sur les rĂ©seaux sociaux lors d’appels Ă  projets. 

Les influences

Plus jeune, Judith a Ă©tĂ© influencĂ©e par l’illustration manga. La culture internet, entre autres avec le rĂ©seau social Tumblr, trĂšs Ă  la mode il y a quelques annĂ©es, a peu Ă  peu forgĂ© son esthĂ©tique. TrĂšs active sur instagram, Judith s’inspire, de photographes tels que La fille renne  et Holly Whitaker.

Artistes aux multiples influences, ses photos sont Ă©galement inspirĂ©es de la mythologie, de la nature et d’artistes de la Renaissance. Une sĂ©rie photographique est d’ailleurs en lien direct avec des rĂ©utilisations de figures mythologiques et bibliques. Anges, dĂ©mons, crĂ©atures fantastiques en tous genres sont rĂ©inventĂ©s et re-visitĂ©s.

Toujours Ă  la recherche de nouvelles formes de compositions, de renouvellement de son art, Judith a, depuis peu, commencĂ© un livre d’artiste pour transmettre son attrait pour l’occulte et sa rĂ©flexion sur la pensĂ©e magique sous forme brute. Toujours au stade de conception, c’est une trĂšs belle preuve que cette artiste n’en est qu’au dĂ©but de sa carriĂšre artistique, qui se rĂ©vĂšle plus que prometteuse.

La dimension musicale

Au cours de notre conversation, Judith nous a fait part de sa passion pour la photographie de concert. En effet, elle a eu plusieurs expĂ©riences qui l’ont marquĂ©es positivement et qu’elle aimerait rĂ©itĂ©rer. Malheureusement, en ces temps compliquĂ©s, il est impossible pour elle de mettre Ă  exĂ©cution ses rĂȘves. Elle nous a, en attendant, partagĂ© sa chanson du moment, Aulon Raid du groupe californien Mountains Goat, sur un petit EP intitulĂ© Songs for Pierre Chuvin rĂ©alisĂ© au confinement dernier et qui rĂ©sonne comme une ode Ă  cette Ă©poque particuliĂšre.

L’artiste rĂ©alise le clip et les photos pour une musicienne lyonnaise Ă©mergente, MARLOU.

En attendant que la vie reprenne son cours normal et que les concerts reviennent, Judith nous propose de regarder le film d’Ariel Dombasle, Alien Crystal Palace, Ă  l’ambiance trĂšs Parisienne. Un film qui pourra Ă©gayer une soirĂ©e de confinement.

Si vous souhaitez donner un coup de pouce Ă  cette artiste, vous pouvez vous rendre sur son shop etsy oĂč elle propose et expose ses illustrations.

Eva Duc, rédactrice pour CCC Média

Partagez l'article