Zakaria Abdelkafi, Photographe syrien de « la torche humaine »

Quand un photographe syrien
éclaire l’actualité française

Zakaria Abdelkafi connaît tout de la guerre :
Syrien de 31 ans, originaire d’Alep, dénonçant par la photographie la répression de Bachar al Assad, il a couvert le siège de sa ville natale pour l’AFP à partir de 2013.

Zakaria Abdelkafi connaît tout des mouvements populaires : engagé dans le mouvement de contestation contre le régime dictatorial syrien, il a participé aux manifestions pacifiques en Syrie dès 2011. Grièvement blessé à l’œil droit aux cours d’affrontements dans Alep-Est en 2015, c’est à Paris que le journaliste a pu bénéficier de soins. En dépit de la perte de son œil, le jeune photographe a repris son travail pour l’AFP dans la capitale française, couvrant les événements politiques principalement.

Le 1er mai dernier, Zakaria Abdelkafi se trouve en première ligne des manifestations qui se déroulent Place de la Bastille. Lorsque tombe le cocktail Molotov lancé par les Black Blocs contre les CRS, le reporter shoote et réalise un cliché qui fait le tour de la planète.

Interviewé par les plus grands quotidiens internationaux au sujet de sa photo, ce reporter de guerre s’est dit « vraiment touché » par cette scène : « J’ai pourtant vu beaucoup de gens mourir. Beaucoup d’autres blessés. Mais cette scène m’a vraiment touché. Parce que je sais ce qu’est une mauvaise police, celle qui tire sur les gens. En France, elle est là pour les protéger. Et puis il s’agit d’un être humain, qui est brûlé gravement. Et quelqu’un que ça ne toucherait pas n’est pas vraiment humain. »

D’Alep à Paris ou Lyon, la volonté de témoigner

Désormais installé en France, Zakaria Abdelakfi continue de témoigner de l’actualité tragique de son pays à travers son travail photographique. En partenariat avec l’association Souria Houria, la Mairie du 20è arrondissement de Paris lui a consacré une exposition en mars dernier.

À Lyon aussi, Zakaria Abdelakfi a pu témoigner de son expérience à travers une exposition qui s’est déroulée à Vaulx-en-Velin en mars dernier.

Attaché à la transmission de son expérience en tant que photographe et en tant que militant pour la liberté en Syrie, il a répondu aux questions des élèves des établissements Vaudais qui participaient à la Semaine de la Presse et des Médias dans l’École. Illustrant la violence des combats, mais aussi la dureté des bombardements du régime d’al Assad ainsi que la difficulté de la vie dans la partie Est d’Alep assiégée, les photographies de Zakaria Abdelkafi constituent un témoignage d’autant plus précieux qu’elles nous livrent une vision intime d’Alep et de ses tourments.

Expo à Lyon

Une exposition de son travail devrait se tenir prochainement à Lyon, en partenariat avec la Mairie du 1er arrondissement et du Collectif des Amis d’Alep.

Isabelle Tardy